© solominviktor/Shutterstock.com
© solominviktor/Shutterstock.com

Mobilité des apprentis : expériences interculturelles pendant la formation professionnelle

Apprentissage et échange ne peuvent pas être combinés ? Bien sûr que oui ! Les programmes d’échange spécialement conçus pour les apprentis avec stage professionnel et cours virtuels dans leur école professionnelle, les échanges scolaires, les volontariats, les camps-chantier et les séjours linguistiques : les apprentis ont de nombreuses possibilités parmi lesquelles ils peuvent choisir. L’opportunité en vaut la peine. Grâce au projet mobilité des apprentis, Intermundo s’engage pour qu’à l’avenir, un grand nombre d’apprentis puisse profiter d’un échange interculturel.



Offre d’échange pour les apprentis

Certaines organisations membres d’Intermundo proposent des programmes d’échange spécialement adaptés aux apprentis. Ces programmes sont répertoriés sous le terme « échanges d’apprentis » dans le moteur de recherche. Les participants à un échange d’apprentis travaillent un ou plusieurs mois dans une entreprise hôte à l’étranger. Cela leur permet d’obtenir un aperçu du monde du travail dans lequel évoluent leurs collègues à l’étranger. Ils apprennent ainsi à connaître une nouvelle culture au quotidien et au travail et acquièrent de nouveaux savoir-faire. Selon la destination, ils peuvent également augmenter leurs connaissances dans une langue étrangère en l’utilisant quotidiennement. Un échange d’apprentis peut par ailleurs se combiner avec un cours de langue.

La mise en place d’un projet d’échange pour apprentis s’avère souvent plus complexe que pour un échange scolaire, car des accords doivent être conclus avec tous les acteurs de la formation. L’expérience montre toutefois que s’il y a de la volonté, beaucoup peut être fait sans trop d’efforts. Il existe beaucoup de bonnes raisons de promouvoir l’échange d’apprentis auprès des entreprises formatrices. Un grand nombre de solutions testées avec succès à plusieurs reprises permettent de poursuivre l’enseignement dans l’école professionnelle pendant un échange, sans engendrer une chute des résultats.

Les modèles suivants d’échanges d’apprentis ont fait leurs preuves :

a) Échange court de 4 à 5 semaines. Celui-ci a lieu pendant la période sans cours et nécessite une coordination avec l’école professionnelle.

b) Échange de durée moyenne, de 1 à 6 mois. Selon les besoins, les disponibilités et la formation, les apprentis en échange peuvent suivre virtuellement les cours dans leur école professionnelle en Suisse pendant un à deux jours par semaine. Ils peuvent également étudier la matière individuellement ou choisir une autre solution personnalisée.

 

Partir à l’étranger pendant une année pendant l’apprentissage, sans trop d’efforts

En principe, toutes les offres d’échange dont peuvent profiter les élèves du secondaire ou du gymnase sont également ouvertes aux apprentis, dans les mêmes limites d’âge. Les apprentis peuvent sans autre participer à un camp-chantier ou à un cours de langue pendant leurs vacances. Au gymnase, il est commun d’effectuer une année d’échange qui permet de vivre dans une famille d’accueil et de s’immerger entièrement dans une langue et une culture étrangères. Cette expérience est également ouverte aux apprentis. Ces derniers peuvent interrompre leur apprentissage pendant une année afin d’effectuer un échange. Le modèle de l’échange à l’année a également fait ses preuves pour les apprentis.

c) Échange long de 10 à 12 mois avec du contenu scolaire ou pratique. L’entreprise formatrice résilie le contrat d’apprentissage et établit un nouveau contrat pour l’année suivante. L’école professionnelle est informée de l’absence de l'apprenti. La coordination n’est pas nécessaire.

Paul Briggeler, directeur de la formation professionnelle de base chez Lonza SA, connaît et utilise ce modèle depuis de nombreuses années. Il confirme que l’interruption de l’apprentissage ne demande que peu d’investissement à l’entreprise formatrice et offre de nombreux avantages. L’entreprise doit patienter pendant une année, mais ne renonce à aucune heure de travail de l’apprenti et profite du développement de la maturité et de l’engagement de l’apprenti après son retour.

Dans certains pays, l’apprenti d’échange peut suivre une école à enseignement professionnel au lieu des cours de formation générale dans un établissement de degré secondaire. Cela permet par exemple de travailler les mathématiques et l’anglais le matin, et de se rendre à la menuiserie de l’école, au cours de cuisine ou à l’atelier de couture l'après-midi. Il est également possible de fréquenter une école de commerce ou de se spécialiser dans le tourisme à l’étranger. Au lieu de suivre des cours, les apprentis qui sont majeurs peuvent aussi interrompre leur apprentissage pendant une année afin d’effectuer un volontariat et acquérir ainsi des connaissances importantes dans un métier du social, des soins ou de l’environnement par exemple. Vous trouverez les offres d’échange pour une année dans notre moteur de recherche sous les rubriques « échange scolaire » et « volontariat ».

 

Donner l’exemple : offre d’accompagnement pour projets pilotes

Tous les échanges d‘apprentis, qu‘ils durent quelques mois ou une année, permettent aux jeunes d’acquérir des compétences sociales et personnelles grâce à l’échange interculturel, ce qui améliore leurs chances sur le marché du travail. Dans le cadre du projet mobilité des apprentis, Intermundo accompagne les entreprises et les écoles professionnelles intéressées, de l’idée de départ à la mise en œuvre et à l’évaluation du projet pilote. Ce dernier est encadré par des professionnels des relations publiques et représente donc l’occasion idéale pour se démarquer en tant qu’entreprise formatrice engagée.

Vous trouverez ici plus d’informations et des directives pratiques sur le thème de la mobilité des apprentis, ainsi qu’une courte vidéo sur le projet.

N’hésitez pas à nous contacter en cas de question sur le thème de l’échange pendant la formation professionnelle ou si vous, en tant qu’apprenti, désirez effectuer un échange et que votre entreprise formatrice ou votre école professionnelle ne soutiennent pas cette démarche.

Julian, Julia, et beaucoup d’autres l’ont fait. Ils ont effectué un échange à l’étranger pendant leur apprentissage et en sont revenus enrichis grâce aux expériences vécues et aux nouvelles rencontres. 






Ici vous trouverez le video portrait de Julian Ackermann.





« Avec une expérience d’une année à l’étranger, les chances de trouver un bon poste de travail dans la vie professionnelle augmentent significativement. Grâce aux compétences humaines, linguistiques et interculturelles acquises, tu deviens un candidat attractif sur le marché du travail. Nous encourageons nos apprentis à passer une année à l’étranger, une situation gagnant-gagnant classique pour les apprentis et pour l’entreprise. »

Paul Briggeler

Directeur de la formation professionnelle de base, Lonza



Mercator_Rot_RGB.jpg

Ce projet de compendium est soutenu par la Fondation Mercator Suisse.